lundi 20 février 2017

La Grande Nuit:Mystères au Katanga (20)




Flashback...

Il y a quelques de cela, lorsque le PentaStella se libéra des prisons du Projet Hadès, il fut mis en veille par le C.I.D pendant un moment, histoire de laisser le temps à ses agents de se remettre difficilement des événements. Les membres du groupe mirent par écrit tout ce qu'ils avaient appris dans le chrono-rêve du Professeur Charon. A savoir que le vaisseau spatial de Robert Darvel,


Le "Der Wiking"
le "Der Wicking" était le vaisseau de guerre, conçus par les meilleurs ingénieurs pour aller combattre l'Orbe Noir directement dans l'espace. Mais dès les premiers essais, il s'avéra que le vaisseau était terriblement énergivore et que les piles à radium n'étaient pas suffisamment puissantes pour lui permettre de décoller. 
Ainsi dans le chrono-rêve, lorsque l'Orbe Noir attaqua la Terre, le "Der Wicking" resta cloué au sol. 
Heureusement John l'Etrange eut  le temps de leur dire la solution, avant qu'ils ne se réveillent :
John l'Etrange
  
" Pour faire fonctionner ce vaisseau, il faut enrichir une pile de radium cinq fois plus que grande que d'habitude, ou bien de trouver du méta-radium ".

Mais l'Histoire de France vint à nouveau frapper à leur porte et le C.I.D leur confia la mission d'aller résoudre une crise diplomatique en Mongolie... 

Le Pentastella eut donc le bon sens de confier une mission à Robert Darvel, pour permettre au "Der Wiking" d'être construit et de décoller lors de l'attaque ultime de l'Orbe noir. Il devait trouver des ingénieurs en aéronautique et mettre la main sur du méta-radium pour alimenter les moteurs du vaisseau.
Robert Darvel

Le temps était compté et l'aventurier richissime, n'avait pas forcément toutes les ressources financières suffisantes pour acheter le minerai précieux. Alors son cerveau se mit en marche et pendant un mois, il mit en place un plan machiavélique, digne de la "ligue Fantômas", pour faire main basse sur une cargaison de radium. Le seul endroit susceptible de détenir le méta-radium était le Katanga et la mine de Chinkolobwé.

Mais l' Union Minière du Haut-Katanga n'accepterait jamais de vendre cette richesse si rare, même à un français, fut-il milliardaire. Alors Robert Darvel monta une machination de toute pièce, créa des faux papiers et acheta les services d'un fonctionnaire katangais, Somba Sokodé, pour lui faciliter la tâche.  

Ensuite, Darvel travailla à la constitution d'une équipe de "mercenaires", afin qu'ils se rendent sur place à sa place. Ainsi naquit l'opération "Mystères au Katanga". Mais ce que Darvel ne savait pas, c'était que des rivalités entre acheteurs de radium et tribus locales, étaient arrivées à leur comble. Sans le savoir, il envoyait un groupe de surhommes, en pleine tourmente de magie noire africaine....
Le Velours Noir

La réunion de l'équipe de mercenaires se tint en été 1935, dans un petit pavillon de banlieue, loué à cet effet. Darvel les avait invité à le rejoindre car il avait une mission à leur confier. L'homme-cyclotron, le Docteur Mystère, Velours Noir, le Veuve Micronaute et Le Clairvoyant répondirent à l'appel soit par orgueil, soit par nécessités financières. Il faut dire que Robert Darvel, connu pour sa richesse personnelle, avait laissé sous-entendre qu'il y aurait une rémunération. 
Le Velours Noir, songeuse
Le groupe fut réuni dans un salon de style empire et tout en dégustant un xérès vivifiant, le milliardaire leur présenta l'affaire. La semaine précédente, on lui livra un colis dans lequel, il y avait un masque en bois africain. Aux traits affreux et grimaçant, il était accompagné d'une lettre rédigée par les autorités coloniales françaises du Katanga.

" Monsieur,
Veuillez trouvez ci-joint, la partie supérieure d'un masque africain découvert près du corps de feu votre oncle, monsieur Edmond Darvel. L'identité du défunt n'a pu être établie qu'avec difficulté, grâce à ses papiers d'identité qui étaient dans un piètre état. Sa mort semble remonter à plusieurs mois, mais son cadavre n'a été découvert que dernièrement. Après enquête auprès des autorités compétentes, il s'est avéré que vous étiez le plus proche parent de monsieur Darvel. c'est son dernier bien matériel.
Veuillez recevoir, monsieur, nos bien sincères condoléances. 
Commissariat d'Elisabethville."  

Mais ce n'était pas cela qui préoccupait Darvel. Il avait procédé à une inspection minutieuse du masque et il découvrit l'existence d'une cachette où se trouvait un mot écrit sur du papier, maculé de boue et de sang. Il disait en filigrane : 

"Je suis fichu, je n'en ai plus pour longtemps, mais il ne faut pas qu'ils trouvent mon filon, mon filon ! Qui que vous soyez, si vous lisez ceci après ma mort, continuez ce que j'ai entrepris pour Robert. Je vous en supplie ! Ils veulent notre mort à tous. 
E.D !"

C'est à ce moment-là que Robert Darvel pensa à faire appel à un groupe de surhommes car l'affaire était grave. Qui était derrière la mort de son oncle ? Une tribu africaine ou bien des hommes d'affaires peu scrupuleux ? Pour arranger le tout, le Katanga était le théâtre de tensions entre les colons français et les autochtones. Ne pouvant s'y rendre personnellement, Darvel préférait leur confier la mission  de retrouver la trace de ce fameux filon et de rapatrier le corps d'Edmond Darvel à sa place. 

A la fin de la soirée, l'affaire fut conclue et toute l'équipe se retrouva le lendemain à l'aéroport du Bourget, pour s'envoler pour le Katanga.Après une escale de ravitaillement à Alger, ils parvinrent au Katanga, cette province située au sud du congo belge et qui était une colonie qui détenait le monopole du radium. 

Le précieux minerai était acheminé dans l'usine d'Oolen, près d'Anvers, où il était traité avant d'être commercialisé. La mine de Chinkolobwe, située dans le Haut-Katanga, était sans aucun doute la plus importante au monde : de quoi attirer l'attention de nombreux industriels et émissaires énigmatiques...La capitale du Katanga, Elisabethville, était ainsi devenue un véritable lieu de tractations et de traîtrises...Tandis que l'Union Minière du Haut-Katanga devait apprendre à vivre avec tous les requins qui jalousaient les précieuses cargaisons en partance vers l'Europe, on parlait de plus en plus de magie noire et de créatures pygmées occupant les abords des mines...On disait même que les autorités locales avaient maille à partir avec une secte d'hommes panthères, à proximité de Kolwesi. C'était dans ce contexte que les mercenaires de Darvel allaient mener leur mission.
Hôtel de l'Elephant Blanc"
Sur place, des chambres étaient réservées à l'hôtel de "l'Eléphant Blanc" et dans la soirée, le groupe fut "approché" par un émissaire de l'administration de l'Union minière. Se présentant sous le nom de Monsieur Drisa Mokolé, il avoua au groupe qu'il connaissait déjà la nature de leur mission. Il savait déjà qu'ils étaient ici pour découvrir l'endroit où avait été retrouvé le cadavre d'Edmond Darvel. En tant qu'émissaire de l'Union du minerai, il était prêt à leur proposer son aide, en échange d'information. Mokolé et son administration savaient que Darvel avait trouvé un gisement de radium d'une excellente qualité. Mokolé leur proposa donc de faciliter le rapatriement du corps de monsieur Darvel en ayant une exclusivité sur la vente du fameux gisement.
Plus tard, au club de l'hôtel, une des personnage appris aussi que la fille du gouverneur français, Clothilde de Saint-Aubains, s'était faite kidnappée par une tribu locale. Tous les soupçons pesaient sur les "Hommes-léopard", des indigènes renégats mais populaires.

Nyandagara, l'esprit du Vent
Mais, dans la chaleur de la nuit, au sein même de l'hôtel, les personnages furent attaqués par une vingtaines de d'hommes noirs, en peau de léopard. Brandissant fièrement leurs lances, ils les menacèrent pour récupérer le fameux masque africain d'Edmond Darvel. Mais ils ne savaient pas à qui ils avaient affaire et avant de s'enfuir, face à la puissance du groupe, l'un d'eux leur dit : 

" Toubabs se trompent, brûlez la tête, sinon Nyandagara soufflera le sang gâté".Puis, juste avant de sauter au-dessus de la rembarde du balcon, de rajouter : "Demain, au maquis Mange-tou-bon, place de Marseille."

Après cette nuit agitée, les personnages menèrent une brève enquête et ils apprirent beaucoup de choses. A commencer par l'origine du masque animiste. Dans le bidonville de la capitale, il apprirent auprès de Sy Boubabar, un mage africain, que le masque était maléfique et qu'il fallait le brûler avant qu'il ne retrouve toute sa force et qu'il les consume de sa colère.Puis le mage fut pris de convulsion et mourut dans la minute.

Plus tard, à midi, ils cherchèrent la fameuse place de Marseille et comprirent qu'un maquis n'était autre qu'un restaurant de rue. A l'intérieur, ils furent vite encerclés par un groupe de noirs plutôt costauds. Heureusement, avant que n'éclate une bagarre, une voix pleine de sagesse les invita dans une arrière-salle. Là se trouvait un vieillard aux yeux clos.


" Asseyez-vous étrangers.  Je m'appelle Bankou Naoumé et je fais partie de la tribu des Ashantis, la tribu des Hommes-léopard. C'est nous qui protégeons le royaume du Katanga.

Mes hommes m'ont rapporté que vous vous étiez bien défendus pour protéger le masque. Mais sachez que sa destruction est d'une extrême importance.
Il existe, à trois jours de marche d'ici, une tribu sur le territoire de laquelle mes hommes-léopards, n'ont aucune emprise, les Macoubas. Elle bénéficie de l'aide de Nyandagara, l'Esprit du Vent. Il y a une dizaine d'années, les hommes de cette tribu ont essayé de se servir de Nyandagara pour acquérir un immense pouvoir. Elisabethville a presque été détruite par le vent qui porte le "Sang gâté" (la fièvre jaune). Mais le masque de Nyandagara disparut et leur sorcier a perdu son pouvoir pendant huit ans. Mais je crains une terrible catastrophe pour cette année. Avec l'exploitation de la terre par les toubabs, cette tribu a trouvé à nouveau le moyen d'invoquer l'esprit du vent.
Les dieux du Katanga vous ont désigné pour combattre Nyandagara."

Puis, il leur tendra une lance africaine en leur disant ceci :
 "Voici une arme imprégnée de l'esprit de la terre. Utilisez-là contre Nyandagara. Vous partirez demain de Elisabethville pour la Montagne Noire. Un de mes hommes vous guidera jusqu'aux terres maudites des Macoubas. Vous devrez brûler le masque devant la faille de l'Esprit du vent."

Dans le territoire interdit
De retour à l'hôtel, et à la veille de partir en expédition dans la territoire interdit des Macoubas, les personnages furent à nouveau abordés par l'émissaire de l'Union minière. En guise de sa bonne foi, il a procédé à la remise du corps d'Edmond Darvel et remplit toutes les formalités d'usage pour le rapatriement du corps. Il rappela que l'Union minière serait très reconnaissante au groupe de situer géographiquement le gisement d'Edmond Darvel, mais qu'en aucun cas il faudrait y toucher car le minerai pourrait leur occasionner de graves brûlures.
 
Le lendemain matin, le groupe fut emmené par un des hommes de Bankou Naoumé, dans la brousse en camion-chenille, pour une promenade de plusieurs joursAu soir de la troisième nuit, les héros virent au loin, derrière une colline, la lueur d'un grand feu. Et ils entendirent aussi le martèlement hypnotique des tams-tams, se répandre dans la savane.  

Les adorateurs de Nyandagara
En s'approchant des lueurs du feu, ils perçurent les clameurs d'une foule en délire. Ils virent alors un terrible spectacle. Plus de deux cent indigènes dansaient follement autour d'un immense brasiers, allumés au pied d'une grande falaise. Entouré par la foule hystérique, un sorcier portant un masque effrayant, hurlait des imprécations devant l'entrée obscure d'une caverne, percée dans la paroi rocheuse.

La Montagne Noire
Puis soudain, au signal du sorcier, la tribu tomba à terre et fit aussitôt silence. Deux guerriers peinturlurés portèrent à bout de bras la silhouette d'une jeune fille de race blanche, qu'ils posèrent sur un rocher maculé de sang. C'était Clothilde de Saint-Aubain ! Puis, le sorcier leva soudain un long couteau à la lame incurvée. mais le sang des héros ne fit qu'un tour, ils dévalèrent tous la colline pour aller sauver la fille du gouverneur et régler son compte au sorcier de la tribu des Macoubas. Le combat fut homérique ! Tandis qu'ils combattaient les adorateurs de Nyandagara par dizaine, le sorcier s'éleva et leur envoya des maléfices, en ricanant.
L'araignée géante radioactive

Comble de l'horreur, il n'avaient pas sitôt réussi à libérer la jeune française, qu'une araignée géante, apparut dans la faille de la caverne et commença à se trotter avidement vers Clothilde pour la dévorer. Alors qu'une  partie de l'équipe affrontait le sorcier et ses sbires, l'autre se lança dans un corps à corps digne d'un rodéo, pour mettre un terme à cet insecte aberrant. Au cours du combat, un des aventuriers eut la bonne idée de projeter la lance de la terre, sur le shaman de l'esprit du vent. Empalé, le sorcier s'écroula et toute la tribu se dispersa dans les ténèbres de la brousse. Le masque de Nyandagara fut jeté dans le brasier et : malgré ses mandibules acérées, ses immenses pattes et ses crochets empoisonnés, l'araignée géante fut écrasée par un rocher lancé par l'Homme-Cyclotron.

Après avoir repris leurs esprits, le groupe eut la curiosité de regarder à l'intérieur de la caverne. A leur grande surprise, ils virent, dans une lueur phosphorescente, des monticules de radium à l'air libre. Mais la caverne était brûlante et certains parmi eux étaient pris de nausées. Le Clairvoyant voulut  faire exploser l'entrée de la caverne, mais la découverte de ce gisement de radium pur, remplissait une partie de leur mission.

Ils revinrent à Elisabethville où Drisa Mokolé leur proposa de rester quelques temps pour se reposer à l'hôtel, (en fait, pour avoir le temps d'aller charger le méta-radium).

Philippe de Saint-Aubain
De plus, le gouverneur de la capitale voulait les inviter pour les remercier d'avoir sauver sa
Clothilde et
chère Clothilde. Le soir du gala, habillés comme de vrais gentlemens, les héros furent présentés à Philippe de Saint-Aubain. Ils racontèrent leur histoire et comment ils avaient découvert ce curieux gisement de radium. Mais lorsque le gouverneur leur fit répéter deux fois le nom de l'émissaire de l'Union Minière,Drisa Mokolé, il fit une grimace de circonspection.

"Je n'ai jamais entendu ce ,nom-là, et dieu sait si j'en connais du monde".

Un domestique leur glissa un billet sur un plateau en argent. Un certain E.D, désirait s'entretenir avec eux sur la terrasse du pavillon du gouverneur. Robert Darvel, habillé en pilote d'avion se retourna vers eux.

" Grâce à vous, mon nouveau vaisseau spatial, le "Der Wiking", va pouvoir s'envoler et sauver notre planète. Mais il va avoir besoin de votre aide pour le protéger jusqu'à la fin de sa construction. Votre courage et votre loyauté m'invite à vous proposer de travailler pour moi. Vous êtes d'accord ? Et bien allons tout de suite récupérer le méta-radium pour le mettre dans le cercueil étanche de mon oncle illusoire."


Le "Der Wiking" va pouvoir s'envoler
Epilogue...

En son fort intérieur, Robert Darvel était fier d'avoir réussi la mission que lui avait confié ses amis du PentaStella. Ils auraient bientôt toutes les clés pour vaincre Druso. Dans un mois, il ne restait plus qu'à mener la bataille finale.

Mais à peine il fut de retour de la cachette du "Der Wiking", qu'il fut arrêté par le C.I.D. Un certain  Philippe de Saint-Aubain, gouverneur d'Elisabethville et principal actionnaire de l'Union Minière du Haut-Katanga, avait alerté les autorités françaises, des agissements délictueux de Robert Darvel. Il fut arrêté pour association de malfaiteurs et emprisonné à la prison de la Santé, à Paris.

2 commentaires:

  1. Ce scénario est un ajout à la campagne.
    Il a été joué dans le cadre de la "Nuit du Jeu 2016", organisée par l'association "La Confrérie des Arcanes".
    Ce fut l'occasion d'interpréter les personnages pré-tirés du livre des règles.

    RépondreSupprimer
  2. Rendons à César ce qui est à César, je tiens à préciser qu'il s'agit initialement d'un scénar de Cthulhu, paru dans Casus Belli, "Le léopard et le Vent".

    RépondreSupprimer