dimanche 25 décembre 2016

La Grande Nuit : La Terre Concave (19)






Le Déméter et le Kraken basculèrent dans le vide du vortex aquatique. Tandis que les deux vaisseaux prenaient de la vitesse, le sous-marin de Circé harponna le Démeter et des hommes-faisceaux s'envolèrent des écoutilles latérales. Horus prit aussitôt la contre-mesure et ordonna à ses hommes de sortir sur le pont pour couper les câbles d'arrimage. L'abordage des deux équipages se fit  avec fracas dans le vacarme assourdissant du tunnel géant. Tandis que l'eau de mer tourbillonnait à grande vitesse autour d'eux, les personnages affrontèrent les hommes-faisceaux de Gog. Alors qu'Anubis parvint à arracher une fusée dorsale à l'un de ses ennemis, les deux sous-marins franchirent un immense portique antique. 


Une onde synaptique d'une incroyable puissance frappa tout le monde et fit permuter les psychés des uns et des autres. Pendant le temps d'un round de combat, ce fut le chaos total. Sur l'ordre d'Horus, les câbles d'abordage furent sectionnés à temps car les deux vaisseaux franchirent un ultime portique pour apparaître à l'intérieur de la Terre Concave.

Le Déméter et le Kraken chutèrent lentement vers une mer pâle et gélatineuse. Comme la chute prit plus de temps que prévu, des hommes-faisceaux en profitèrent pour continuer le combat. Bien mal leur en a prit car le bruit de leurs pistolets à faisceaux attira l'attention d'une raie manta géante, qui s'élança en dehors des flots pour les happer au vol.

Les deux sous-marins finirent par s'enfoncer à l'intérieur de la mer de la Terre Creuse, et si le Faucheur parvint à manoeuvrer pour permettre au Déméter de remonter à la surface, le Kraken continua sa chute dans les abysses. 

Peu de temps après le sous-marin fit surface et il était temps de réunir l'équipage pour prendre des décisions. Horus voulait savoir où son vaisseau et son équipage était arrivé et ce qu'ils devaient faire pour en sortir. Il fut donc rappeler que si le PentaStella était là, en présence de Sun koh, c'était pour retrouver la présence du Vril, une énergie suffisamment puissante pour détruire Druso, l'Orbe Noir. 

Selon Maître Huon Feng, ils étaient parvenus dans un autre endroit mythique appelé la Terre Creuse ou la Terre Concave, un endroit renfermant le Vril. A ces mots, ils remarquèrent la présence d'un soleil blafard et immobile, situé au centre du ciel. En  le regardant de plus prêt, ils détectèrent une tâche noire à sa surface. 

Mais surtout, le plus spectaculaire, c'était d'avoir repéré les contours d'une ville gigantesque à la verticale exacte de leur position. A travers les nuages, ils virent une ville située au "plafond" de ce monde. En constatant qu'il n'y avait pas d'horizon et que la mer intérieure remontait sur les extrémités de cette sphère concave, ils comprirent qu'ils étaient obligés de traverser cette étendue d'eau dangereuse pour "remonter" jusqu'à la ville. 

D'ailleurs, face à ce spectacle Sun Koh ne put s'empêcher de susurrer son nom : l'Atlantide ! A ces mots, la fée Nox hypnotisa l'atlante pour lui arracher des informations capitales pour la capture du Vril. Au lieu de cela, elle vit dans son esprit des souvenirs parcellaires d'un récent passé.

Herman Sörgel

Esmat Pharos
Elle le vit dans le tunnel du Mont Blanc à la tête d'une escorte d'hommes-faisceaux menée par le capitaine Vesperino. Sun Koh comprit tout de suite que le C.I.D lui échangeait un sosie parfait de circé en échange de l'agent italien "Maschera". Gog et l'Archigos allaient lui faire la peau dès qu'ils s'en rendraient compte...Plus tard, Nox vit les souvenirs d'une longue fuite, avec des poursuites interminables, Sun Koh étant recherché partout autour de la méditerranée. Puis, il y eut cette rencontre entre l'atlante et un certain Esmat Pharos, un égyptien richissime, collectionneur d'art. Puis les deux hommes devinrent amants et Pharos versa une fortune, anonymement à Herman Sörgel, pour participer au Projet Atlantropa. Finalement, Nox vit Sun koh parler de l'Atlantide à Pharos, qui n'en perdit pas une miette...

Pour autant, en capitaine de vaisseau, Horus donna des ordres pour réparer les avaries et suggéra au groupe de procéder à une première expédition afin d'organiser leur traversée. Nox, le Diadème et Maître Huon (et sa fusée dorsale) s'envolèrent pour procéder à un premier repérage de la faune et de la flore. A un  kilomètre de là, ils découvrirent un îlot de quartz, sur lequel se déroulait une bien curieuse scène. En effet, une foule d'hommes-poissons étaient en train de prier face à leur chaman, qui s'apprêtait à sacrifier une humaine sur un autel de basalte noir.
Tandis que la femme hurlait, Maître Huon se précipita sur le chaman pour le désarmer. Face au surgissement de ce "monstre" aérien, une bonne partie de la tribu des hommes-poissons plongèrent du rocher, laissant seul le chaman qui se rendit en se prosternant devant Huon feng. 

Après avoir tranché ses liens, les personnages firent connaissance avec la Reine Antinéa, souveraine de la cité de l'Atlantide et Grande Prêtresse  du Temple de Baradus. Selon ses dires, elle avait été victime d'un coup d'état, fomenté par le Grand Priscator Lok-Rah. Ce "général" atlante avait réussi à convaincre un quarteron de militaires haut-gradés, pour renverser son régime et la bouter hors de la Cité-état. Cette junte militaire régnait maintenant d'une poigne de fer sur la capitale millénaire.
Antinéa, reine de l'Atlantide
D'ailleurs, c'était à cause d'eux que le Vril, leur soleil, était devenu malade et qu'il faiblissait. Forte de ses origines royales et soucieuse de réinstaurer une théocratie symbolique, Antinéa somma le groupe de surhommes de l'aider à reconquérir son trône. Les personnages sourirent face à ses attitudes de reine, fière et arrogante, mais ils devaient composer avec elle, car c'était grâce à elle, qu'ils allaient pouvoir se rapprocher du Vril. Les pourparlers furent âpres et tendus, Antinéa ne voulant rien céder sur leur besoin de Vril. Mais face à la détermination de Nox, la reine atlante leur fit une proposition. En échange de leur aide pour reprendre son trône, elle leur accorderait le bénéfice d'extraire la tumeur noire du Vril afin de l'utiliser dans leur quête terrestre. Ainsi, chacun y trouverait son compte : l'Atlantide aurait un soleil guéri et les humains de la surface pourraient sauver leur monde.

Grâce à sa couronne d'orichalque et à ses pouvoirs psychiques, la Reine Antinéa invoqua une raie manta géante afin de revenir en toute discrétion dans sa chère capitale. Les membres du groupe s'équipèrent et Horus fit ses adieux à son frère Anubis, en lui faisant promettre de mener à bien sa quête personnelle, au cas où ils ne se reverraient pas. En effet, Anubis, armé de sa boîte à Pandore, devait trouver le moyen d'obliger Seth à détruire ce réceptacle. Contenant une essence divine inconnue, le dieu égyptien de la Tempête s'attirerait les foudres d'Omrod et l'honneur d'Anubis serait lavé. D'ailleurs, la Reine Antinéa ne fut pas dupe lorsque ses yeux se posèrent sur l'avatar du dieu égyptien. Elle vit en lui, un honorable héritier du puissant empire atlante qui s'étendait jadis de l'Egypte au pays des toltèques.

L'Atlantide
Antinéa, dans toute sa fierté atlante
A ces mots, le groupe prit conscience de la magnificence de la cité-état. Bien qu'il restait ici et là, la présence de ruines et de vestiges de l'ancienne cité, ils étaient restaurés et consolidés par une matière comparable à du verre, de couleur verte, donnant au lieu des reflets de toute beauté. La lumière du Vril traversait la matière, la rendant aérienne. La science atlante était décidément très avancée. Des tours, des palais, des temples et des gymnases avaient été entièrement rénovés par ce procédé. Antinéa ne bouda pas le plaisir de montrer la supériorité de sa civilisation aux hommes de la surface.

Parvenus aux premières portes d'orichalque, hautes de neuf cent mètres, la reine les fit passer dans les quartiers des entrepôts et des marchands. Une forte odeur de poisson emplissait les lieux, à juste titre : les personnages virent des enclos entièrement remplis d'aqualons, ces fameux hommes-poissons qui avaient voulu sacrifier Antinéa. De tout âge, et de toute couleur, ils étaient entassés là, sous la férule de gardes atlantes qui n'hésitaient pas à utiliser leur fouets ou leurs tridents pour les rappeler à l'ordre. Le groupe comprit aussitôt qu'il s'agissait des esclaves de la civilisation atlante. Sans état d'âme, Antinéa les fit passer par des passages secret pour atteindre au plus vite, le Temple de Baradus et surtout la salle du trône, où devait se trouver ce maudit Lok-Rah !

Mais en franchissant une passerelle, le groupe fut témoin d'une scène horrifique. En effet, des militaires atlantes, forçaient la file d'aqualons à pénétrer dans un édifice où brillait une intense lumière bleue. Nul n'en ressortait. Par contre, d'une conduite en marbre blanc, une sorte de fluide plasmique verdâtre, s'écoulait dans des moules de plaques géantes. Ceux qui comprirent ce qui se passait furent pris de vertiges et de nausées. Ils avaient devant eux la preuve de l'existence d'une technologie qui permettait de transformer la vie, en matière inerte.
Le sang de Maître Huon Feng, ne fit qu'un tour, il ne put s'empêcher d'agripper Antinéa à la gorge pour lui manifester sa colère et son indignation. Surprise et offusquée, la reine ne comprit pas. Les aqualons avaient toujours été leurs esclaves et leur destinée était de terminer dans la forge de Kuros pour faire partie intégrante de l'Atlantide...où était le problème ? Mais le groupe comprit alors que la ville entière était construite grâce à l'abattage en masse d'une civilisation et qu'ils "marchaient " sur de la matière vivante. Cette idée leur était soudain insupportable. Il était temps d'écourter leur séjour ici et de récupérer au plus vite un échantillon de Vril.

Le Grand Priscator Lok-Rah

Heureusement, leur attente fut de courte durée, car Antinéa les emmena au temple de Baradus, où devait se terrer cet infâme Priscator Lok-Rah et ses hommes. Ils aboutirent donc à l'intérieur du bâtiment, construit circulairement comme un vaste amphithéâtre. Au centre, éclairé par la lumière zénithale du Vril, siégeait la statue de Baradus, le père des dieux atlantes. Antinéa expliqua rapidement aux personnages que Baradus et Amnis avaient été les parents des dieux atlantes et qu'ils avaient eu de nombreux enfants. Mais le temps passa et les atlantes se détournèrent d'eux pour complètement les oublier, ce qui provoqua leur colère et la destruction de leur continent. Aujourd'hui, même si plus personne ne connaissaitt l'existence de ce panthéon, la Reine Antinéa restait la Grande Prêtresse de ce culte symbolique.

Esmat Pharos alias Seth

Circé
Au détour d'une colonne, le groupe surprit le Priscator Lok-Rah en train de discuter avec deux humains : un homme et une femme. Après le renversement de la tyrannique Antinéa, il voulait s'assurer que ses nouveaux alliés seraient les gardiens de la nouvelle démocratie atlante. Quelle ne fut pas la surprise du groupe lorsqu'ils reconnurent Seth et Circé. Quel ironie ! Alors que le PentaStella formait la garde personnelle de cette reine cruelle et inhumaine, leurs ennemis maléfiques étaient devenus les gardiens d'une paix démocratique.

Mais Seth était présent et Anubis sut au plus profond de lui qu'il était temps de lui tendre un piège pour se venger. Il réunit ses compagnons et leur fit part de son stratagème pour piéger Seth et faire apparaître un allié providentiel. S'étant entendu sur la démarche à suivre, Anubis se téléporta derrière le socle de la statue de Baradus, où il introduisit sa fameuse boîte à Pandore, contenant une essence divine. Puis, Le Faucheur et Nox apparurent en escortant la reine Antinéa. De sa voix la plus ténébreuse, Nox interpella Lok-Rah et martela ces mots afin que Seth morde à l'hameçon : 



Nox : " - Oh Grand Priscator Lok-Rah, prosterne-toi devant l'unique héritière du trône d'orichalque, le Reine Antinéa, souveraine de l'Atlantide et Grande Prêtresse de Baradus...

Lok-Rah : - Antinéa, ton règne monarchique de terreur est fini. L'Atlantide est une république maintenant et tu ne représentes aucun dieu ici, car il y a bien longtemps que Baradus est mort, lui et ses enfants.

Nox : - Notre Reine a senti son retour et a eu une vision. Une nouvelle théocratie naîtra, plus forte et plus puissante, tel le phénix renaissant de ses cendres".

Puis Seth prit la parole.

Seth : - Balivernes ! Cette tirade est aussi vide que cette statue de marbre. Moi-même je suis d'essence divine et j'affirme que Baradus n'est qu'un vulgaire morceau de pierre". 

Puis Seth, le Général, la Bête, la Tempête, le Destructeur fit apparaître entre ses mains une sphère d'entropie qu'il propulsa contre la statue du dieu atlante. En l'espace de quelques secondes, l'ensemble de la statue et tout ce qu'elle contenait  se fissura et tomba en poussière. 


Anubis sortit des volutes de poussière et fit face à Seth. Le dieu de la destruction comprit aussitôt son erreur et le tour que lui avait joué Anubis. La boîte dans laquelle était enfermée une essence divine avait été détruite par Seth, provoquant ainsi son jugement. Dans peu de temps, Omrod le chasseur de déicide allait apparaître pour exécuter Seth. Mais il y eut une autre surprise, Anubis se sentit soudain affaibli et s'écroula au sol. Tandis que son visage prenait les traits d'un humain, une voix résonna dans sa tête : 


" Tu voulais être un simple mortel ?
Avec la destruction de ta propre essence divine, c'est chose faîte. Tu ne fais plus partie du Pesedjet .
Mais tu pourras vivre comme un homme, 
maintenant."


Seth aurait bien voulut se venger d'Anubis, mais ses compagnons le protégèrent jusqu'à ce que surgisse d'une faille invisible, une silhouette puissante et massive, armée d'un glaive et se dirigea lentement vers Anubis. 
- " Omrod, ma Némésis! "  souffla Seth
 
Omrod le Chasseur de déicide
Omrod rassembla toute sa force pour asséner le coup de grâce à Seth. Son glaive mythique s'éleva, puis s'abattit puissamment sur l'avatar du dieu de la Destruction, mettant un terme définitif à son existence.

Mais ce fut loin d'être la fin car après avoir vaincu Seth, la question était de savoir comment ils allaient pouvoir récupérer du Vril pour alimenter la bombe devant détruire Druso. La Reine Antinéa prit la parole et proposa à l'assemblée, le test de l'Oeuf de Verre.

En effet, il était possible de pénétrer dans le Vril afin d'en devenir le réceptacle, à condition d'en être digne. Circé, qui avait survécu au combat, se jeta au pied de la reine et l'implora de devenir ce réceptacle. Certes, elle s'était mal comportée toute sa vie, mais elle voulait sauver sa planète en rachetant ses fautes et obtenir une forme de rédemption.
Sun Koh
Surprise de voir qu'aucun héros du PentaStella ne se désignât Antinéa les mit mal à l'aise en remettant en question leur courage et leur dévouement. Lok-Rah rappela que se désigner signifiait un acte de sacrifice total et que tout le monde n'en était pas digne. De sa voix vénéneuse, Antinéa discrédita le groupe et reconnut que Circé avait tout autant le droit que les autres, de se sacrifier au nom de l'humanité.
Alors une voix résonna, celle de Sun Koh qui était resté muet depuis le début. Ce prince atlante voulait le Vril pour faire réapparaître l'Atlantide à la surface. Il en était le plus digne représentant et cette civilisation allait devenir le nouveau berceau d'une surhumanité.
    
Alors, et après un lourd silence, Anubis s'avança et se désigna pour être l'Oeuf de verre, l'unique réceptacle du Vril, le dernier espoir de sauver la Terre. A ces mots Sun koh se précipita au sommet du temple. Il fut suivi de près par Circé et d'Anubis. Lorsqu'ils parvinrent tous les trois sur le dôme du temple, l'énergie du Vril les fit voler jusqu'à lui. Là, au centre de ce soleil malade, la conscience du vril scruta méticuleusement les trois prétendants. Qui allait-il choisir pour devenir l'Oeuf de verre ? Soudain, Anubis vit Circé sourire mais désintégrée dans la minute qui suivit. Il ne restait plus que Sun Koh et lui. Anubis se rappela alors le message que Sun Koh leur avait fait parvenir dans le futur apocalyptique de la Terre : 

Anubis devenu homme
" L'astre dévoreur de mondes, attaqua la Terre. L'humanité fut sauvée par l'Arme Alpha qui détruisit la Lune afin que la Terre ne représentât plus aucun intérêt vital pour l'Orbe Noir. Quatre-vingt dix pourcent de l'humanité mourut et divers surhommes survivants s'opposèrent à lui. Mais ils furent vaincus ou condamnés à l'exil hors de la ville. Parmi les résistants, il y avait moi, un certain Sun Koh, parti au Groënland bâtir l'Ultime Thulé, une pâle copie de l'Atlantide, condamnée à disparaître. Rappelez-le moi pour éviter l'Armageddon oublié. Vous aviez raison et je me trompais - j'aurais dû vous écouter lorsque nous étions en Atlantide".


Lorsqu' Anubis cessa son récit, Sun Koh baissa la tête et abandonna ses prétentions. L'énergie du Vril coula aussitôt dans le corps du jeune homme qui à défaut d'être un dieu, devint l'ultime espoir de sauver l'humanité.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire