lundi 7 novembre 2016

La Grande Nuit : Le Maître de la Vie Rouge (16)

Mécanoïdes de Nous Autres

La Brigade PentaStella devait résoudre un problème : trouver au plus vite, un moyen de se "débarrasser" de Dimitri Hanscomovitch
et de ses maudits mécanoïdes endoctrinés. 
En effet, cet inquisiteur soviétique pouvait parfaitement profiter de leur immersion dans le sang de la petite Bat-Ayoune, pour la tuer, et résoudre par la même tous ses problèmes : plus de menaces extraterrestres, plus de menaces magiques, agents du C.I.D victimes collatérales, etc...
Bat-Ayoune
Mais Le Duc s'empara de l'Oeil de Xorn, sortit de la yourte, et sans prévenir ses compagnons, activa le pouvoir de téléportation de la pierre. Hanscomovitch, les mécanoïdes et lui, se retrouvèrent aussitôt sur la place rouge, à Moscou. Avant que l'agent russe n'ait pu se plaindre, Le Duc se téléporta immédiatement en Mongolie pour rejoindre ses compagnons. Il avait réussi à neutraliser la menace de leurs faux alliés et le traité d'Assistance Mutuelle entre la France et Nous Autres était sauf ! 

Batbagen
Ne perdant pas de temps, et sous les recommandations du vieux chaman, le groupe forma un cercle autour de la jeune fille vierge. Il leur expliqua que l'Oeil de Xorn allait permettre de les rapetisser grâce à son sort. Ensuite, il allait les injecter dans le sang de la jeune Bat-Ayoun. Mais attention ! Tant que l'Oeil de Xorn luisait de la magie lancée, il aurait la puissance de les ramener. Shambhala était la cité de tous les savoirs. Elle était construite autour d'une immense bibliothèque où se trouvaient toutes les connaissances du monde. Elle était aussi le siège de tous les secrets du futurs. Grande serait la tentation d'y rester pour toujours.

Puis le chaman entama un chant diphonique. Au bout d'un moment, le monde se mit à tourner et les personnages perdirent conscience.
Lorsqu'ils revinrent à eux, ils se trouvaient dans une petite grotte, à l'aplomb de Shambhala. 


Aux portes de Shambhala

Le spectacle était à couper le souffle. Les remparts de la Cité Perdue, s'étendaient sur des kilomètres. Une colonne d'une centaine de pèlerins attendait patiemment devant la porte principale de la ville. Une Orchidée géante et métallique faisait office d'entrée principale. Au sommet de l'anneau de fer qu'elle formait, le visage d'une femme asiatique, interrogeait quiconque souhaitait pénétrer dans la cité. Les pèlerins, lui donnaient une réponse et lui faisait un don. 
Salazar Durango
Lorsque le groupe parvint à sa hauteur, ils remarquèrent un tas d'objets hétéroclites, posés là en offrande. Chose répugnante il y avait parmi eux un cadavre. Le Duc reconnut aussitôt le corps inanimé de Don Salazar Durango. Une rapide inspection, révéla qu'il avait été comme éventré de l'intérieur, comme si quelque chose était sortie de lui. Le dangereux criminel espagnol ressemblait maintenant à un vulgaire pantin désarticulé. Ils apprirent en interrogeant le gardien des morts, qu'un squelette rouge s'était extirpé de son corps et qu'il était entré dans Shambhala en offrant cette carcasse humaine. Mais quel était donc ce squelette dégoulinant de sang ?

Bref, le groupe se présenta devant l'Orchidée de Fer, la Gardienne des portes de Shambhala, et dut formuler une question secrète et faire un don, afin d'avoir le droit de pénétrer dans la ville mythique. N'ayant pas envie de donner sa lance magique, Lunatix dut sacrifier un de ses dons féériques. S'alignant sur elle, le groupe dut en faire de même, perdant un de leurs précieux pouvoirs. Mais ils avaient l'insigne honneur de pouvoir marcher dans les rues fantasmagoriques de la ville de tous les savoirs.

Dans les rues de Shambhala
Autour d'eux, s'étendaient de hauts murs en brique rouge et quelques fils auxquels étaient attachés des lampions. Ils pouvaient voir passer un grand nombre de créatures étranges. Il y avait dans cette cité un grand nombre de mystiques, mais aussi des créatures de l'Age Magique, en provenance de toutes les civilisations. Des dragons serpentins s'enroulaient autour des mats où flottaient des tissus safranés. Une sorte d'immense Bouddha gras et souriant, marchait paisiblement dans la rue. Mais, déambulaient aussi, un trio de créatures à la face de lions chinois, des hommes à tête de corbeau... Des renards parlaient et vagabondaient en armure de cuir. 

Shambhala connaissait l'avenir. L'esprit de la Cité savait que les personnages devaient aller à la bibliothèque pour apprendre les secrets du futur. Mais entrer dans ce temple du savoir n'était pas donner à tout le monde. Certain mourrait même dans cette quête désespérée. Il fallait seulement mériter cet honneur. C'est ainsi que des épreuves furent envoyées respectivement aux personnages pour les pousser dans leurs extrêmes limites.

Lunatix
Pour Lunatix,qui est d'essence féérique, le test consista à faire preuve d'une certaine humanité.Une vieille femme était en train d'installer tout son matériel pour peindre la Bibliothèque de Shambhala. Rapidement, elle invita la fée destructrice à disserter sur l'art et l'inspiration, qui étaient selon elle, l'apanage de l'âme. Elle demanda même à Lunatix de poser pour elle. A la fin de l'épreuve, elle lui donna en cadeau sa peinture, sur laquelle Lunatix avait des traits humains. Mais elle vit aussi, dans le fond de la toile, le squelette rouge en train de voler vers un palais en ruine. Lorsqu'elle voulut remercier la vieille femme, elle avait disparu.

Maschera
Pour Maschera, parangon de la beauté masculine, l'épreuve consista à sacrifier temporairement sa plastique idéale, pour prendre les traits d'une créature hideuse. En effet, un homme-mérou à l'odeur nauséabonde, l'interpella et lui demanda de lui "prêter" son visage, le temps d'un repas. Maschera devait ensuite traverser la ville pour retrouver sa beauté. Malgré les jets d'ordures et les insultes, l'italien parvint à surmonter sa répugnance et traversa Shambhala sous les huées.


Le Diadème
Pour le Diadème, la question était de savoir si elle était capable de fendre cette armure de princesse hindoue, féministe et indomptable. Shambhala l'invita à rentrer dans une taverne, remplie de voleurs et de mauvais garçons, au centre de laquelle était organisé, un concours de danse. Faisant disparaître un par un les voiles qui la couvraient, elle trouva le courage de finir nue devant son auditoire, après avoir accompli une danse endiablée.



Le Duc
Pour le Duc, l'épreuve prit la forme d'une invitation à participer à un cours de philosophie, en tant que conférencier lui-même. Adepte des savoirs interdits, secret et quelque peu rétif à transmettre ses connaissances, il dut disserter sur la dialectique de l'Ego et de l'Oubli.






Le Faucheur
Finalement, pour Le Faucheur, il fallut faire preuve d'intelligence, de tact et de séduction. Ce colosse de fer, devait prouver qu'il était capable d'écrire un haïku, face à un harem réunissant les plus belles créatures féminines de la création. L'épreuve fut compliquée pour lui, mais c'est en se souvenant de sa fille Camille, qu'il put écrire un poème émouvant. 

 A l'issue de chacune des épreuves, les personnages pouvaient voir passer Lunatix dans leur champ de vision, élancée à la poursuite du squelette écarlate. 

La confrontation avec lui finit par arriver. Le groupe parvint à retrouver sa trace dans la cave d'un palais en ruine. Tandis que les personnages pénétrèrent dans le tombeau, ils virent le squelette rouge en train d'entonner un chant devant la pierre tombale de Gengis Khan, des flammes rouges crépitaient dans ses mains, tandis que son corps lévitait à quelques mètres du sol. Ils auraient pu l'interrompre immédiatement si huit guerriers mongols ne leur faisaient pas obstacle.Ces volumineux démons à la peau rouge étaient revêtus d'armures mongoles et armés de larges couperets. Le combat s'engagea...

Et tandis que les coups pleuvaient sans relâche sur Le Faucheur, Le Duc se mit à l'écart et observa attentivement le squelette rouge pour trouver son point faible. Il ferma les yeux et passa en revue, tout ce qu'il pouvait savoir sur cette créature. Par flashbacks saccadés, il parvint à découvrir son identité... Ce squelette était un homme... Pas Salazar Durango, mais une créature puissante que Durango avait croisé dans un passé récent. C'était un ancien prisonnier d'un goulag en Sibérie. Dans le camp où Durango avait été emprisonné, il avait fait la rencontre de Koscheï l'Immortel, le bras droit de Baba-Yaga.

Koscheï l'Immortel


Le "Maître de la Vie Rouge", le tua et revêtit son corps pour s'évader et trouver le chemin de Shambhala. Dans la Cité du Savoir, il allait pouvoir retrouver le Sépulcre de Gengis Khan et ses Huit Bouchers, afin de libérer une armée de fantômes indestructibles, sur l'U.R.S.S et venger la mort de Baba Yaga.
Le Maître de la Vie Rouge

Accompagné de créatures venues du Vide et à la tête d'une armée de spectres sanguinaires, Koscheï l'Immortel allait devenir le hérault d'un astre dévoreur de mondes et Nous Autres allaient s'incliner devant lui. Mais du coup, en connaissant l'identité de leur adversaire, Le Duc put apprendre l'origine de ses pouvoirs et son talon d'Achille.Il était qualifié d'« immortel », plus exactement de « Sans mort », car sa mort était extérieure à lui, cachée dans un endroit tenu secret. Le Duc eut soudain l'idée de retrouver le cadavre de Durango afin d'interroger son âme, grâce à son pouvoir de nécromancie. Il abandonna ses compagnons en espérant les aider autrement.

Pendant ce temps-là, le combat fut long et âpre. Malgré sa cuirasse de fer, le Faucheur ne put empêcher leur adversaires de mettre à mal le Diadème sous sa forme de Panticore, ainsi que Lunatix. Les deux combattantes tombèrent sous les coups acharnés des démons mongols. Maschera essaya bien de tuer en pleine tête Koscheï,
mais le sorcier russe était immortel. Il fallait trouver le moyen de mettre hors d'état de nuire Genghis Khan.. Il courut jusqu'à la bibliothèque, en priant que le Faucheur tienne le coup. 

Koscheï la liche !
De son côté, le Duc parvint à interroger l'âme de Durango. Ce dernier lui confia l'emplacement du coffre qui renfermait la mort de Koscheï. Mais Le Duc dut faire bon nombre de compromis avec la Gardienne des portes de Shambhala, l'Orchidée de Fer, pour pouvoir aller et venir en dehors de la cité mythique et trouver le phylactère de Koscheï.En effet,ce sorcier était une liche. Détruire l’enveloppe physique d’une liche ne sert à rien si l’on ne détruit pas son phylactère car celui-ci permet à la créature de se reconstituer complètement après un certain délai. Le phylactère d'une liche peut être soit une amulette contenant des incantations écrites, soit un objet de très grande valeur aux yeux de son propriétaire.

En plein combat, alors que le Faucheur faisait face à ses ennemis, le Maître de la Vie Rouge fut pris d'un spasme. Un filet de sang sortit de sa bouche tandis qu'il s'exclama : « Cela sent le Russe ! ». Puis il s'écroula et le troisième Oeil de Xorn roula jusqu'aux pieds du Faucheur. A l'autre bout de la ville, Le Duc venait de percer le coeur du sorcier, qu'il avait retrouvé au Lac Baïkal.

Le Lac Baïkal

Il fallait faire vite maintenant! Le Duc et le Faucheur emmenèrent les deux femmes jusqu'au parvis de la bibliothèque. Ici même, Maschera sacrifia la question à laquelle il avait pensé avant d'entrer à Shambhala, pour en formuler une autre et trouver le livre dans lequel il trouverait le moyen stopper la venue de Gengis Khan ? Amère désillusion, en tuant le Maître de la Vie Rouge, Le Duc avait stoppé la résurrection du « souverain universel ». Une question précieuse avait été sacrifiée. Heureusement, un autre membre du PentaStella sacrifia sa propre question pour savoir comment sauver leurs amies.

La réponse du livre fut glaçante, l'une d'elle devait se dévouer pour transférer la moitié de son essence magique afin de sauver l'autre. Lunatix qui avait conscience de l'enjeu, repensa à sa discussion avec la vieille femme au sujet de l'apanage de l'humanité, et sacrifia une partie de son essence pour mourir comme une humaine.Ses atours et sa lance disparurent dans les cieux majestueux de Shambhala.



Malgré leur tristesse, et de façon plus prosaïque, les agents du PentaStella demandèrent ensuite quel était le moyen de détruire l'Orbe Noir. Le bibliothécaire leur donna un codex, signé par Michel de Nostredame. Rédigé en langue draconique, le message fut décodé par Maschera qui déchiffra ce message :

Le souffre des Profondeces, jadis possession
De la Serpentaille yconobique, qui se nomme Vril
Sera le fluide qui permettra l'ignition
De la seule chose qui pourra detribler Druso, l'astre Vil

Pour péril que nostre Terre risqua
La formible puissance lointien exuster devra
A la fin des temps, au plus vieux
Et loignet à jamais dans les cieux

Les yeux de la Bête de Mars, rougeoyants
Seront ainsi de clef qui ouvrent céant
Le triangle obscur n'existe point sans raison
Au nombre de trois, ils sont.  


Malgré la mort de l'un d'eux, les personnages savaient maintenant comment détruire l'Orbe Noir, de son vrai nom Druso.

2 commentaires:

  1. Très bonne et très belle partie, qui me permit personnellement de remettre les pieds dans les lieux d'origine de mes pouvoirs. On va voir débarquer la dernière fée, Nox. Je sais pas pourquoi, je sens qu'on va regretter Lunatix...

    RépondreSupprimer
  2. Plein de rebondissements, encore.
    Tu regretteras sa lance c'est sur... faut avoir confiance.

    RépondreSupprimer