lundi 26 septembre 2016

La Grande Nuit : Le Maître de la Vie Rouge (15)

Les tourelles de défense du Projet Hadès

La clairière dans laquelle ils étaient apparus, était cernée par une dizaine de stratogyres menaçants. Un porte-voix permit au Nyctalope d'obtenir leur arrestation. Les agents du PentaStella furent acheminés dans le stratogyre de Léon Saint-Clair pour y subir un interrogatoire de plusieurs heures. Officiellement, ils avaient désertés les services du C.I.D et libéré l'Arme Alpha, l'ultime défense de la France face à Mabuse.

En procédant à la fouille minutieuse du Projet Hadès, les agents du C.I.D découvrirent la pièce secrète à partir de laquelle, tous les câbles électro-télépathiques aboutissaient dans les cellules des prisonniers. En son centre, assis sur un immense siège, relié à une sonde en forme de cloche, ils découvrirent le cadavre d'Hervé Vuillaume, alias "Le Baron" : le bras droit du Nyctalope, égérie du Duc.
Vuillaume alias
 "Le Baron"
Le jeune agent du C.I.D, grisé par son ambition et suffisamment manipulateur pour 
convaincre les deux savants-fous, était à l'origine du Projet Hadès et de son dessein final : l'expulsion des hommes supers-scientifiques dans le vide spatial. Mais les membres du PentaStella furent soulagés de retrouver Lunatix, évanouie aux pieds de la machine infernale, tandis que sa lance magique avait transpercé le thorax de Vuillaume. C'était sans doute grâce à la Fée Destructrice que l'équipe s'en était sorti lors du duel contre Circé dans le chrono-rêve.

A ce sujet, le groupe ne trouva nul trace de la magicienne. cependant, en sondant sa cellule grâce à son pouvoir de métempsychose, Le Duc l'a vit s'adresser à lui, en lui donnant un dernier message.


Kristina Kastaros, alias Circé



" Je suis lasse des horribles manigances de la France. 
Je vous quitte pour aller rejoindre mon Père, et construire avec lui, le rêve d'une force militaire qui brandira un Trident. 
Mais ne crois pas t'en sortir aussi facilement, Le Duc.  
A partir de maintenant, je participerai à ta perte, jusqu'à mon dernier souffle. 
Une vieille règle en magie noire, consiste toujours à laisser une chance à sa victime. alors, écoute-moi bien. 
Tu serais inspiré de prendre avec toi l'Oeil de Xorn de la Forteresse de Montmartre. 
Tu en auras besoin." 

En parallèle, la découverte d'un journal de bord, écris à 6 mains par le Professeur Charon, Cartésia et Vuillaume, discrédita complètement les membres du PentaStella, il y avait bien eu un complot au sein du C.I.D, sous couvert du Projet de l'Arme Alpha. Mais une tragédie vint frapper le Duc : son cher "Cayenne", son homme de confiance avait été retrouvé mort dans une des cellules d'Hadès, victime collatérale des affaires secrètes françaises. Dégoûté par l'attitude du Nyctalope, il donna sa démission du C.I.D.
  
Le PentaStella fut mis en veille pendant un moment, histoire de laisser le temps à ses agents de se remettre difficilement des événements. Mais l'Histoire de France vint à nouveau frapper à leur porte...  

Août 1935

Avec le d'assistance mutuelle entre l'URSS et la France, qui fut signé le 2 mai 1935, "Nous Autres" fit appel à la France. Les membres du PentaStella reçurent donc une convocation officielle de Léo saint-Clair. Il y était notifié qu'il s'agissait d'un problème urgent et d'ordre national, une dette que la France devait honorer à l'encontre des russes. Pour des raisons de confidentialité, ils devaient se rendre à Istanbul afin d'y rencontrer un agent de liaison qui leur donnerait des instructions.

Après avoir convaincu le Duc de se joindre à eux, les agents décollèrent à bord de l'Aigle et filèrent vers la Turquie. Le contact devait avoir lieu à l'intérieur du Grand Souk d'Istanbul dans la fumerie d'un certain Koc Ozcan, un poussah balourd et impitoyable.

A leur grande surprise, les agents français se trouvèrent face à face avec Dimitri Hanscomovitch,
l'idéologue soviétique qui abrutissait le Roi martien de ses théories dictatoriales ; celui-là même qui s'était enfui de mars avec Hékate.Après les remarques sarcastiques de bon aloi, Hanscomovicth leur exposa les faits. Depuis quelques temps, divers incidents se produisaient à la frontière russo-mongole. Des postes frontières des deux pays étaient attaqués, ainsi que des villages et plusieurs campements de nomades avaient été massacrés. Mais en quoi la France était-elle responsable ? Dans un sourire ironique,l'agent soviétique glissa une photo sur la table. On y voyait la silhouette d'un homme en flamme ! 

Après inspection, les personnages qui avaient mené la mission sur mars, reconnurent Don Salazar Durango, le chef des Requins du Ciel.

Don Salazar Durango
Etant donné qu'il s'agissait d'un ressortissant français, les autorités soviétiques firent appel à la France pour régler ce problème. 
D'autre part, sur la photo, en arrière-plan, on pouvait distinguer une forme insectoïde énorme, comparables à celles combattues sur Mars. Les consignes de Nous Autres étaient de capturer Durango afin qu'il soit jugé, mais de ne pas hésiter à l'abattre s'il menaçait la vie d'autrui.

En interrogeant Hanscomovitch sur la fuite de Mars avec Hékate et Durango, celui-ci prétendit que le Requin du Ciel avait tenté de s'emparer de la fusée interplanataire et qu'ils s'étaient résolu à l'abandonner sur la planète rouge. La question était de savoir comment Durango était revenu sur Terre, et comment faisait-il pour contrôler des insectoïdes. Etait-il devenu un agent de l'Orbe Noir ?
Mais alors que les agents du PentaStella conversaient avec l'agent soviétique, une tueuse à gage s'élança contre Hanscomovitch pour lui fendre le crâne. Derrière un masque de porcelaine blanche, maquillée comme une  poupée russe, la tueuse hurla une sentence fatale : 

" Par l'Ordante, meurt ! ". 

Heureusement les agents français sauvèrent la vie du russe qui après la mort de l'assassin, avoua que Nous Autres avait maille à partir avec le "Tsar Blanc", alias le Prince Mychkine. Mais il affirma que cette menace n'avait rien à voir avec la mission en Mongolie et que le vrai ennemi était Salazar Durango et les insectoïdes. Il était temps de s'envoler pour Oulan-Bator, la capitale de la Mongolie.


Oulan-Bator, anciennement "Urgan"

Pendant le temps du voyage, chacun put mener des recherches pour localiser les postes militaires, les camps de nomades et les villages. Une bonne intuition du Duc, les mena en priorité vers les plaines de Mongolie, afin d'entrer en contact avec les tribus mongoles attaquées. 
Après un ravitaillement à Oulan-Bator, ils prirent la direction de la frontière nord et parvinrent aux alentour d'un camps de nomade littéralement dévasté. Seule la yourte du chef de village tenait debout, alors que tout autour les enclos et les tentes étaient détruis. Soudain, les radars du stratogyre détectèrent la présence d'un insectoïde en train de dépecer la carcasse d'un cheval.  Puis, le radar s'affola : plus d'une vingtaine d'insectoïdes patrouillaient autour du village, comme s'ils empêchaient les survivants de la dernière yourte, de s'échapper.



Lorsque Maschera pénétra malgré tout dans la yourte et qu'il vit une jeune fille en transe, assistée d'un chamane, la situation devint plus périlleuse. Le vieux Batbagen lui confia que sous la menace, il avait été contraint d'enchanter une pierre rouge ( un Œil de Xorn ?),afin de permettre à  " à l'étranger de feu d'entrer dans le corps de la jeune Bat-Ayoune, afin qu'il accède à Shambhala". Dans la foulée, il avoua que cette jeune aveugle était une descendante du grand Gengis Khan et que son sang, lié à ce territoire, était magique. Elle ne pouvait pas être déplacée.

En fin tacticien, le Faucheur proposa d'appeler des mécanoïdes d'Oulan-Bator, en renfort, afin qu'ils fassent une diversion en attaquant les insectoïdes par le flanc ouest du village. Pendant ce temps, les agents français allaient s'occuper de l'évacuation des survivants à bord de leur vaisseau. Ils aviseraient pour la jeune fille en transe.

Une heure plus tard, lorsque les mécanoïdes apparurent, chacun sut exactement ce qu'il devait faire et au bout de trois quart d'heure d'une lutte acharnée, les mécanoïdes russes et les agents français vinrent à bout des monstres de l'Orbe Noir.


Batbagen
Bat-Ayoune
Oui, mais comment faire pour sauver le vieux chamane et la jeune sorcière mongole dont la magie de l'Age Mythique avait servit de "porte" à Salazar Durango, sans que Dimitri Hanscomovitch et ses mécanoïdes ne décident de la tuer et mettre ainsi fin à toutes les menaces ?

Batbagen marqua une pause avant de souffler une solution aux membres du PentaStella. Il y avait peut-être un échappatoire en allant demander de l'aide auprès du Grand Loup Blanc. Cette créature siégeait au Pic de la tête d'Aigle, avec toutes les créatures de l'Autre-Monde depuis peu de temps. Il était venu ici pour accueillir toutes les créatures magiques afin de construire pour elles, un havre de paix. Il était puissant et savait parler la langue des hommes, même celle des russes. Du fait de sa nature magique, il devait forcément savoir comment se rendre à Shambhala. Mais en contre-partie, le prix à payer pour le groupe risquait d'être terrible. De tous les personnages, ce furent le Diadème et Lunatix qui furent choisies pour mener à bien les négociations.

Sous sa forme de Panticore, le Diadème s'envola avec la Fée Destructrice sur son dos et prit la direction du Grand Altaï. Plusieurs heures plus tard, elles atterrirent au sommet de la Tête d'Aigle où la cour féérique du Loup Blanc les  attendait avec impatience : lechii, vodianoï et russelkies.  Il fallut peu de temps au Diadème pour reconnaître sous les traits de ce loup géant, le Prince Mychkine, celui qu'elle avait combattu à Paris, il y a longtemps. Mychkine alla droit au but et les invita à écouter son histoire.

Le Grand Loup Blanc au sommet de la Tête d'Aigle

Depuis la tentative d'assassinat du Général Rogojine à L'Opéra Garnier, le Tsar Blanc vint se réfugier en Mongolie afin d'en faire sa nouvelle base d'attaque. Terre ô combien spirituelle et magique, elle devint vite le refuge de toutes les créatures de l'Age Magique, traquées inlassablement par Nous Autres. Russelkies, Diables des Marais, etc... Tous reconnurent en lui, un nouveau souverain, digne de reconquérir les domaines saccagées de la Baba-Yaga. 
Seulement, un obstacle vint se dresser face à lui : Salazar Durango, l'homme de feu. Lui aussi voulait la mort des communistes mais pour des raisons plus sombres et plus destructrices. L'homme était un ancien prisonnier d'un goulag en Sibérie. Dans le camp où il avait été emprisonné, il avait fait la rencontre de Koscheï l'Immortel, le bras droit de Baba-Yaga.


Koscheï, le Maître de la Vie Rouge


Le "Maître de la Vie Rouge", lui confia des secrets ancestraux pour qu'il s'évade et qu'il trouve le chemin de Shambhala. Dans la Cité du Savoir, il allait pouvoir retrouver le Sépulcre de Gengis Khan et ses Huit Bouchers, afin de libérer une armée de fantômes indestructibles, sur l'U.R.S.S. 
Accompagné de créatures venues de l'espace et à la tête d'une armée de spectres sanguinaires, Durango était devenu le hérault d'un astre dévoreur de mondes et Mychkine et Nous Autres allaient s'incliner devant lui. 

Mychkine proposa alors au Diadème et à Lunatix de l'aider à combattre l'Homme de feu, mais en lui promettant de venir rejoindre les rangs de la Nova Ordantia : l'unique royaume Magique de la Terre. Puis, il leur accorda un souhait, pour qu'elles puissent trouver un moyen d'aller à Shambhala, combattre Durango. En sacrifiant un peu de leur essence magique, elles purent formuler le vœux de voir apparaître devant elles, l'Œil de Xorn qui leur avait fait si cruellement défaut.
Œil de Xorn, la clef de Shambhala !!!
Le joyaux martien apparut comme par enchantement, et elles coururent rejoindre leurs compagnons au campement des nomades pour entrer dans le corps de la jeune Bat-Ayoune, afin qu'ils accèdent à Shambhala.

Mais qu'allaient-ils faire de ce satané Dimitri Hanscom et de ses maudits mécanoïdes ?
 

1 commentaire: